Pourquoi défendre

la recherche

POURQUOI DÉFENDRE LA RECHERCHE ?

Chaque jour, nos 1 500 chercheurs venus du monde entier combattent sans relâche les virus, les infections et les épidémies pour faire avancer la recherche médicale et préserver la santé de tous. Du développement d’antibiotiques intelligents contre les bactéries multi-résistantes, à la surveillance des maladies émergentes (Sida, Zika, Ebola…), leurs projets couvrent une grande variété de domaines de recherche.

Thématiques


Il y a 35 ans, l’Institut Pasteur identifiait le virus du sida (VIH), une découverte qui vaudra, en 2008, le prix Nobel de médecine à deux de ses chercheurs. Le VIH, qui touche aujourd’hui près de 37 millions de personnes dans le monde, est un enjeu de santé publique majeur au cœur des préoccupations de l’Institut Pasteur.

Thématique

Sida/VIH


Aujourd’hui, le VIH est l’une des causes principales de mortalité dans le monde chez les adolescents et les femmes en âge de procréer.


S’il n’existe pas actuellement de traitement capable d’éliminer complètement le VIH de l’organisme, les trithérapies permettent néanmoins de contrôler l’infection et prolongent l’espérance de vie des personnes infectées. En France, on déplore encore environ 6000 nouvelles contaminations chaque année. Une réalité qui fait du sida  l’un des axes majeurs de recherche à l’Institut Pasteur à Paris et l’un des objectifs prioritaires du Réseau International des Instituts Pasteur dans les pays les plus affectés par l’épidémie.


Pour lutter contre sida, l’Institut Pasteur explore de nombreux champs d’investigation : la multiplication et la transmission du virus, les mécanismes immunitaires pouvant le contrôler, les effets des traitements sur le réservoir viral, le mode d’action des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique, la possibilité  de générer une rémission à long terme de l’infection, et l’effet de candidats vaccins.


Récemment, nos chercheurs ont identifié les caractéristiques de certaines cellules immunitaires infectées de manière préférentielle par le virus. Ces travaux sont un premier pas vers des traitements qui permettraient une rémission grâce à l’élimination de ces cellules.

Près de
37 millions
de personnes infectées par le virus du sida dans le monde
Environ
6 000
nouvelles contaminations par an en France
1,1 million
de personnes
décèdent chaque année dans le monde

Décrit pour la première fois en 1943, l’autisme est caractérisé par des troubles de la communication sociale et des intérets restreints et répétitifs. Parmi les personnes avec autisme, certaines souffrent de conditions médicales comme la déficience intellectuelle et l’épilepsie. Grâce aux récentes avancées de la recherche, de nombreux facteurs génétiques associés à ces troubles du neurodéveloppement ont été identifiés ces dernières années. Une piste qui continue d’être explorée par les chercheurs de l’Institut Pasteur. 

Thématique

L’autisme et les troubles du neurodéveloppement


Pour comprendre les difficultés que peuvent rencontrer les personnes avec autisme et leur famille, il est donc important de prendre en compte d'autres troubles qui y sont associés.


Il peut s'agir de troubles psychiatriques, d’un déficit intellectuel, de troubles épileptiques, de problèmes gastro-intestinaux ou encore de problèmes de sommeil.


À l’Institut Pasteur, nos chercheurs ont été les premiers, en 2003, à  découvrir des gènes associés à l'autisme. Depuis, ils cherchent à comprendre comment des mutations génétiques agissent sur le développement cérébral et à identifier de nouveaux gènes impliqués. Afin d’identifier des cibles pour de nouveaux traitements ciblant les conditions médicales et de mieux comprendre les aspects cliniques de l’autisme, l’Institut Pasteur travaille par ailleurs en étroite collaboration avec des hôpitaux.
L’Institut Pasteur est également l’un des membres fondateurs d’InovAND, un centre d’excellence des troubles du spectre autistique et neuro-développementaux labellisé par le gouvernement français.

1 personne
sur 50
pourrait recevoir un diagnostic d’autisme
Plus de
100 000
personnes de moins de 20 ans en France sont atteintes d’autisme
Plus de
10 000
enfants naissent avec un trouble autistique ou du neurodéveloppement chaque année en France

Cause principale de handicap et de dépendance chez la personne âgée, la maladie d’Alzheimer touche aujourd’hui 900 000 personnes en France. Les maladies neurodégénératives sont l’une des priorités scientifiques à l’Institut Pasteur, où nos chercheurs étudient de nouvelles pistes pour leur diagnostic et leur traitement.

Thématique

Maladie d'Alzheimer


La maladie d’alzheimer évolue progressivement sur plusieurs années, affectant en premier lieu la mémoire, puis les activités quotidiennes (toilette, déplacement…).


Cette maladie résulte d’une dégénérescence lente des neurones qui s’étend petit à petit à l’ensemble du cerveau. On y observe notamment la formation de « plaques amyloïdes », toxiques pour ce dernier.
Si l’âge est le principal facteur de risque, plusieurs gènes ont néanmoins été identifiés comme liés à la maladie d’Alzheimer. Actuellement, les traitements permettent de ralentir la progression de la maladie, mais il n’en existe aucun pour la soigner. On estime donc qu’un français sur 4 de plus de 65 ans sera concerné par la maladie d’Alzheimer d’ici 2020 si les pistes thérapeutiques n’évoluent pas.


Pour faire face à cette situation alarmante, nos chercheurs explorent des pistes pour détecter la maladie le plus tôt possible et pour développer des solutions thérapeutiques efficaces.


Grâce à l’imagerie par fluorescence, ils ont ainsi développé une technique qui permettrait d’identifier plus précocement les personnes en train de développer la maladie d’Alzheimer ne présentant pas encore de symptômes  visibles cliniquement. Dans le futur, ce procédé pourra être utilisé chez l’Homme couplé à l'imagerie IRM.

Concernant le traitement de la maladie d’Alzheimer, nos chercheurs ont constaté que l’administration d’une molécule qui cible le récepteur à la nicotine dans le cerveau, permettait à elle seule l'augmentation des performances cognitives. En effet, certaines études démontrent que ce récepteur serait une cible pour "dissoudre" ces agrégats d'amyloïde. Aujourd’hui, de premiers tests cliniques visent à évaluer la tolérance d’un tel traitement.

50 millions
de personnes
atteintes de démence dans le monde en 2020
10 millions
de nouveaux cas
de démence, chaque année, dans le monde
900 000
personnes
concernées en France

Philippe Glaser


Responsable de l’unité Ecologie et évolution de la résistance aux antibiotiques.


"Combattre la résistance aux antibiotiques et prévenir une crise sanitaire nécessite une recherche multidisciplinaire pour mieux comprendre les résistances et leur dissémination. On sait que le microbiome humain (l’ensemble des espèces bactériennes qui peuplent notre corps) joue un rôle majeur dans la colonisation de l’intestin par des bactéries multi-résistantes. Un de nos projets est de caractériser comment le microbiome contribue à la transmission de bactéries multi-résistantes, notamment chez le jeune enfant."

Thématique

Résistance aux antibiotiques


Les chercheurs de l’Institut Pasteur cherchent à mieux comprendre comment les bactéries résistantes à de multiples antibiotiques émergent et se propagent sans connaître de frontières.


Ils recherchent de nouveaux antibiotiques intelligents capables d’identifier ces bactéries multirésistantes, afin de détruire spécifiquement les bactéries dangereuses.


Depuis plus de 70 ans, les antibiotiques ont considérablement amélioré la santé humaine et animale en sauvant des millions de vies. Malheureusement, de nouvelles résistances apparaissent rapidement après chaque mise sur le marché d’un nouvel antibiotique.
Les épidémies liées aux bactéries résistantes à de multiples antibiotiques menacent la santé publique mondiale avec les risques de ré-émergence d’infections incurables, d’une augmentation de la mortalité et des surcoûts considérables.
Aujourd’hui, de nombreuses bactéries sont ainsi devenues multi-résistantes et insensibles à plusieurs antibiotiques. Pour les combattre et prévenir une crise sanitaire, toutes les disciplines de l’Institut Pasteur se mobilisent.

33 000
personnes
décèdent chaque année en Europe d’une infection causée par une bactérie résistante aux antibiotiques
Près de
500 000
cas de tuberculoses multi-résistantes, recensés dans le monde chaque année
50%
des antibiotiques
produits dans le monde sont consommés par des animaux

Quelles sont les sources de financement de l’Institut Pasteur ?


En 2018 :
- 33% des ressources collectées auprès du public,
- 26% des activités propres et valorisation de la recherche,
- 21% des contrats de recherche,
- 20% de subventions de l’État.


Les ressources collectées s’avèrent de plus en plus importantes et représentent plus d’un tiers des ressources de l’Institut Pasteur, ce qui lui garantit l’indépendance de sa politique de recherche et plus de réactivité face aux crises sanitaires.

Thématique

Financement de la recherche


Depuis la création de l’Institut Pasteur, la générosité du public a toujours contribué au financement de nos recherches.


Elle permet à nos chercheurs :

- d’acquérir les technologies de pointe très onéreuses,
- de mener des projets scientifiques sur plusieurs années,
- de réagir plus vite en cas d’épidémies.


Quelles sont les missions de l’Institut Pasteur ?

Pour faire progresser la santé de tous, l’Institut Pasteur se donne quatre missions sociales qui sont intimement liées.


1 - CHERCHER & DÉCOUVRIR

Leader mondial reconnu dans le domaine des maladies infectieuses, de la microbiologie et de l’immunologie, l’Institut Pasteur se consacre également à l’étude de certains cancers, de maladies génétiques et neurodégénératives, ou encore à la génomique et à la biologie du développement.


2 - INNOVER & APPLIQUER

Accélérer l’application des découvertes des chercheurs représente un enjeu primordial pour la santé des patients. L’Institut Pasteur veille donc à transférer ses innovations au bénéfice d’avancées diagnostiques, vaccinales ou thérapeutiques.


3 - ENSEIGNER & FORMER

La transmission des savoirs est au cœur de l’approche de l’Institut Pasteur. Son Centre d’enseignement propose plus de 40 cours suivis par  900 étudiants par an. Quelque 550 jeunes effectuent chaque année leurs travaux de doctorat ou de master dans ses laboratoires.


4 - VEILLER & ALERTER

L’Institut Pasteur remplit une mission de santé publique, de veille et d’alerte sanitaire, en lien étroit avec les autorités. Plusieurs de ses équipes ont en charge la surveillance de maladies comme la grippe ou la rage.

79%
de votre don
est utilisé pour la réalisation des missions de l’Institut Pasteur
10%
de votre don
est utilisé dans des charges de fonctionnement
11%
de votre don
est utilisé dans les frais d’appel à la générosité du public

Eliette Touati


Responsable du groupe Infection, génotoxicité et cancer dans l’unité de Pathogenèse de Helicobacter


"Plus de 80% des cas de cancers gastriques sont associés à la présence de la bactérie Helicobacter pylori. Bien connaître le mécanisme d’action de cette bactérie dans les cellules nous donne de nouvelles armes pour lutter contre elle."

Thématique

Cancer


Cancers du sein, de la moelle osseuse, de la vessie, du foie, de l’estomac, du col de l’utérus, du cerveau… Le cancer, sous toutes ses formes, est la première cause de mortalité en France, hommes et femmes confondus.


Grâce à la recherche, des progrès ont été obtenus pour diminuer le risque d’en mourir : des diagnostics plus précoces et des traitements plus efficaces. Mais beaucoup reste à faire.


À l’Institut Pasteur, 51 équipes réparties dans 11 départements allient leurs savoirs et leurs compétences dans différentes disciplines pour trouver les moyens de vaincre les cancers ou de les prévenir.


Plusieurs équipes s’intéressent à l’immunothérapie. Fonctionnant sur le même principe que la vaccination, l'immunothérapie, vise à traiter les cancers déjà déclarés, en stimulant les réponses immunitaires des patients pour reconnaître les cellules cancéreuses et les détruire.


D’autres scientifiques travaillent sur les cancers d’origine infectieuse et aux moyens de les prévenir.

1ère
cause
de mortalité
382 000
nouveaux cas
de cancers en 2018
157 400
décès
par cancer estimés en 2018

Arnaud Fontanet


directeur du département Santé globale et responsable de l’unité d’Épidémiologie des maladies émergentes


« La veille des épidémies demande d’avoir la capacité de déployer des moyens humains à tout moment. Le mode de financement indépendant de l’Institut Pasteur permet cette mobilisation et cette réactivité indispensable pour prendre de court les épidémies mondiales. »

Thématique

Maladies Émergentes


À l’Institut Pasteur, nombreux experts sont spécialisés dans la surveillance des maladies émergentes (Zika, Ebola, SRAS…). Leurs équipes, mobilisables en cas d’alerte, peuvent identifier les nouveaux virus pour maîtriser au plus vite les crises sanitaires


Le Réseau International des Instituts Pasteur peut intervenir auprès des autorités sanitaires nationales et internationales dans l’accès au diagnostic.

 

ZOOM SUR EBOLA

 

Découvert en 1976 au Soudan et en République démocratique du Congo, le virus Ebola a connu une vingtaine d’épidémies de fièvres hémorragiques dont la plus meurtrière de 2014 à 2016 avec plus de 11 000 décès en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, ce virus sévit à nouveau en République démocratique du Congo où il a fait plus de 2000 morts depuis août 2018.

 

L’enjeu des recherches actuelles est donc de rendre les outils diagnostiques plus adaptés aux conditions du terrain, de reconstruire les chaînes de transmission en comparant les virus retrouvés chez les malades, et d’évaluer les traitements et les vaccins développés ces dernières années. Ceci afin de mettre un terme à la propagation du virus dans les zones à risques et bloquer son développement en milieu urbain.

 

L’Institut Pasteur et le Réseau International des Instituts Pasteur se mobilisent à chaque nouvelle épidémie à travers plusieurs actions :

  • analyses des échantillons,
  • surveillance des cas suspects sur le territoire français,
  • dépistage des malades avec l’envoi de chercheurs sur le terrain,
  • formation des scientifiques volontaires envoyés pour assurer l’activité de diagnostic.

 

Ainsi le Centre collaborateur de l’OMS (CCOMS) Arbovirus et fièvres hémorragiques de l’Institut Pasteur de Dakar en collaboration avec l’Institut national de recherche biomédicales de la République démocratique du Congo s'est déployé sur le terrain pour apporter une aide aux diagnostics. Par ailleurs, la Cellule d'intervention biologique d'urgence de l'Institut Pasteur à Paris a contribué à la préparation du Rwanda au cas où l'épidémie se propagerait sur ce territoire limitrophe.

1 crise
majeure
tous les cinq ans, liée à l’émergence ou à la résurgence d’un virus
11 000
victimes
dues au virus Ebola en 2014 en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone
12 mois
ont été nécessaires au virus Zika pour se propager à l’ensemble du continent sud-américain en 2015
24h
ont suffi au virus du SRAS pour gagner 6 pays différents en 2003

Dr François-Xavier Weill


responsable de l’unité des Bactéries pathogènes et responsable du centre national de référence des Escherichia coli, Shigella et Salmonella.


« Notre mission essentielle est, grâce à des techniques de laboratoire les plus modernes, de pouvoir identifier une épidémie à son tout début (cas regroupés dans le temps, causés par un même type de bactérie), nous donnons ainsi l’alerte et les épidémiologistes prennent alors le relais pour en déterminer l’origine et permettre aux autorités de retirer de la vente l’aliment contaminé. »

Thématique

Salmonellose


Les salmonelloses sont des maladies provoquées par des entérobactéries du genre Salmonella. Chez les personnes âgées et les nourrissons, les infections qu’elles provoquent peuvent s’avérer mortelles.


L’Institut Pasteur abrite le Centre national de référence des Escherichia coli, Shigella et Salmonella qui participent activement à la surveillance de cette maladie.

 

La plupart des Salmonella ont élu domicile dans l'intestin des animaux vertébrés et sont le plus souvent transmises à l'homme par le biais d'aliments contaminés. En pathologie humaine, les salmonelloses comprennent deux principaux types d'affections : gastro-entérites et fièvres typhoïdes et paratyphoïdes.

 

Le Centre national de référence (CNR) des Escherichia coli, Shigella et Salmonella localisé à l’Institut Pasteur reçoit près de 10 000 souches de salmonelles par an, dont près de 400 à 600 proviennent de nourrissons âgés de moins d’un an.

 

Au total, plus de 2 600 types de Salmonella sont aujourd’hui identifiés et validés sur le plan international, au sein du Centre national de référence de l’Institut Pasteur.

 

En plus de ce travail de surveillance et de détection des épidémies, les équipes du CNR  travaillent sur la diversité, l’évolution génétique et la dynamique de transmission des bactéries pathogènes entériques. 

 

Par cette approche fine de la biodiversité bactérienne, de nouveaux outils d’identification moléculaire ou de typage de ces agents majeurs d’infections d’origine alimentaire ou hydrique sont développés. Ses travaux ont pour objectif premier la lutte et la prévention contre les infections alimentaires, dont les conséquences sanitaires demeurent un problème de santé publique majeur.

20 millions
de cas de fièvres typhoïdes et paratyphoïdes par an, dans le monde
8 000
à 10 000
souches expertisées chaque année par l’Institut Pasteur

Stewart Cole, Directeur Général de l'Institut Pasteur



Le soutien du public est essentiel

afin de poursuivre les grandes Découvertes scientifiques et médicales de l’Institut Pasteur


"Le Pasteurdon est toujours un moment très particulier de la vie de l’Institut Pasteur, plusieurs jours de partage avec le grand public et avec nos donateurs autour de nos travaux de recherche et des pistes scientifiques thérapeutiques qu’ils ouvrent. Nos chercheurs se mobilisent toujours avec plaisir pour animer cet événement. Dès la création de l’Institut Pasteur, il y a plus de 130 ans, les projets de recherche ont été financés en partie par la générosité du public. Depuis, l'Institut Pasteur se bat avec détermination pour poursuivre ses grandes découvertes scientifiques et médicales ; le soutien du public reste essentiel. Alors, tous ensemble, à l’occasion de la 13e édition du Pasteurdon, défendons la recherche !"

 



Nos partenaires




Avec le soutien de :


Faites un don pour défendre la recherche

Vous êtes donateur, accédez à votre espace

35
50
80
150

Autre montant

Je donne

Institut Pasteur

25-28 rue du Docteur Roux
75724 Paris Cedex 15 - www.pasteur.fr

FONDATION RECONNUE D'UTILITÉ PUBLIQUE HABILITÉE À RECEVOIR DONS ET LEGS

Don en confiance

Souhaitez-vous recevoir des informations de la part de l'Institut Pasteur ?